qu'est-ce que la signifie être introverti-e?
  • Save

Qu’est-ce que cela signifie être introverti-e ?

Qu’est-ce qu’un-e être introverti-e ? J’avais beau chercher sur internet, je n’avais pas trouvé de définition qui me convenait. J’ai donc préféré l’expliquer à ma manière. L’introversion est selon moi, un moyen pour la personne introverti-e de se ressourcer en se centrant dans son monde intérieur. Cela peut être à travers diverses activités : la lecture, l’écriture, la méditation, jouer la musique ainsi de suite. Cela ne l’empêche pas de sociabiliser, au même titre que les extraverti-e-s.

Pourtant, l’introverti-e reste encore mal compris-e par la société. Et pour quelles raisons ?  Ils/elles sont généralement representé-e-s et souvent considéré-e-s comme des personnes solitaires, asociaux-ales, misanthropes ou encore timides. Ensuite, Ils/elles ne bénéficient pas assez de visibilité que ce soit dans les films, séries ou émissions. Et enfin, les aspects qualifiés de «négatifs », sont renforcés à travers la représentation souvent caricaturée des introverti-e-s.  Or l’introversion permet à l’introverti-e de se retrouver avec lui/elle-même pour se ressourcer. C’est nécessaire pour son bien être. Les introverti-e-s ne sont pas tous pareil-lles et expriment leur introversion de différentes manières. Voyons voir.

Les différents types d’introversion

On peut naître introverti-e,ou le devenir en grandissant. Cela a été le cas pour moi en étant confrontée pendant très longtemps aux violences conjugales. L’introversion était pour moi comme un refuge, qui me faisait éloigner de ce quotidien. Il existe plusieurs types d’introversion, que l’on peut trouver dans l’article du Nymag

    • Save
    • Save
    • Save
    • Save
  • L’introversion sociale : La socialisation se fait dans un petit groupe, c’est une préférence et non une peur.
  • Intellectuelle : C’est une personne qui va être pensive, réfléchissant sur un tas de sujets ou/et qui mène une introspection.
  • Anxieuse : Ce sont ceux et celles qui vont chercher la solitude car ils se sentent mal à l’aise en sociabilisant.
  •   Mesurée : C’est une personne qui va prendre son temps avant de parler, d’entreprendre quelque chose, ou encore tisser des liens au niveau relationnel.

Ceci n’est pas une liste exhaustive. C’est pour donner une idée de comment l’introversion se montre sous différents angles. Maintenant que vous avez une idée globale de ce qu’est l’introversion, voyons de plus près comment cela s’explique-t-il scientifiquement.

Quelques explications scientifiques

Les différences entre extraversion et introversion se font au niveau des neurotransmetteurs et du système nerveux. L’article de Top Santé, précise qu’il y a deux systèmes nerveux, le système sympathique et parasympathique. Les extraverti-e-s vont solliciter la partie sympathique, «qui pousse à l’action, intervient dans les réactions de fuite ou de lutte en cas de stress. Associé à l’adrénaline, il pousse à être dans l’ouverture». Les introverti-e-s, au contraire, vont solliciter la partie parasympathique. Il/elle va se retrouver au calme, dans la solitude. Des activités vont lui permettre de se réfugier dans son monde intérieur.

Puis, on a les neurotransmetteurs sollicités de différentes manières, si la personne est introverti-e et extraverti-e. Les extraverti-e-s vont plus mobiliser la dopamine. La dopamine est un neurotransmetteur qui est impliqué dans le circuit de la récompense dans le cerveau. L’idée d’une récompense va beaucoup plus stimuler les extraverti-e-s. Tandis que pour les introverti-e-s, ce sera l’acélytholine, qui «procure une sensation de bien-être pendant l’intériorisation», mentionne un article d’Huffington Post.

Une vidéo qui explique les principales différences entre les introverti-e-s et les extraverti-e-s

Par ses explications scientifiques, on s’attendrait à une représentation des personnes plus objective des introverti-e-s et de l’introversion dans les médias. Cela reste encore mal compris et se voient caricaturé-e-s négativement dans les médias. 

Les stéréotypes sur les introverti-e-s persistent

On reproche souvent aux médias de simplifier en stéréotypant un groupe de personnes. Les stéréotypes peuvent être basés sur l’âge, le sexe, les origines, le caractère ainsi de suite. Les personnes introverti-e-s ne sont pas épargnées. Comme on l’a vu dans l’introduction, être introvert-i-e est souvent confondu avec d’autres traits de caractère: asocial-e, mysanthrope,naif-v-e, timide ou intelligent-e. Ce sont des traits de caractère que j’ai trouvé pour chacun de ses personnages fictif-v-es de série télé. On a par exemple Dr.House, Sheldon et Raj de The Big Bang Theory, Daria ou encore Willow Rosenberg de Buffy contre les vampires.

J’ai pris ces exemples que j’ai pris car j’ai regardé ces séries. Ce qui me dérange le plus, ce sont que ces traits de caractère qui sont toujours associés à l’introversion. Mais être introverti-e ne veut pas forcément dire être associal-e, timide, mysanthrope, naif-v-e ou surdoué-e. Ces traits de caractère qui décrivent une personne introverti-e dépeignent de manière négative et exagérée les personnes introverti-e-s. Contrairement aux personnages fictif-v-es extraverti-e-s. Ils/elles sont souriant-e-s, accueillant-e-s, vont vers les autres, charismatiques, et j’en passe. En soulignant ce qui est considéré comme un défaut, on montre aussi par les personnages introverti-e-s fictif-v-es d’une certaine manière sont anormales/aux. Et c’est exactement l’impression que j’ai eu en grandissant en tant qu’introverti-e.

Je suis introvertie mais je le vis bien

L’introversion peut également cacher un manque de confiance en soi, un manque d’estime de soi ou un traumatisme.

Je suis une personne introverti-e. Mon introversion s’est dévelopée en vivant dans un environnement empreint de violences conjuguales. Je n’avais personne à qui me confier. J’ai commencé petit à petit a faire des activités pour me faire oublier ce quotidien. Cela passait par l’écriture et écouter de la musique. J’ai grandi dans une famille où la quasi majorité des personnes étaient soit ambiverti-e-s ou extraverti-e-s. On me fait souvent remarquer que je suis calme, que je ne parle pas beaucoup ou alors que je suis froide. Ce que m’ont dit aussi souvent est que je suis asociale. Non, je ne le suis pas, je sélectionne mon entourage. Ces commentaires montre la perception négative que beaucoup ont de l’introversion. Mais je n’ai jamais eu honte d’être telle quelle. Je dois admettre que parfois j’ai eu des moments de doute. Je me sentais influencée par cette culture pro-extravertie et de devoir « améliorer »certains traits de ma personnalité introvertie, pour être « plus extravertie ». Tant qu’à mes proches, ils/elles comprennent que cela fait partie de ma personnalité et qu’il n’y a rien de mal à être introverti-e.

Au travail, je me sens clairement mal à l’aise. Etre dans un open space est une pire des choses pour un-e introverti-e. On entend les conversations de tout le monde, on doit se montrer et y participer. ll y également beaucoup de bruit et cela me distrait et me dérange pour travailler. Je trouve cela injuste que presque tous les lieux de travail aient adopté cette fameuse règle de l’open space.

Je ne suis pas une adepte du small talk, je trouve ces discussions très superficielles et il faut prétendre que tout va bien. Les discussions profondes m’intéressent beaucoup plus car elle permet d’avoir un vrai échange et de mieux connaître la personne. Alors lorsqu’il s’agit du small talk, je préfère autant ne pas parler. Puis faire semblant de m’intéresser à ce que t’as fait le weekend ou à ta nouvelle coiffure de cheveux, c’est très peu pour moi.

Comment vivre mieux son introversion dans une société pro-extraverti-e ?

 Les conseils pour mieux vivre son introversion

Ce sont des conseils que j’aurai aimé avoir pour mieux vivre mon introversion. Premièrement, ne surtout pas vouloir devenir une personne extravertie. On est tous-tt-es à un moment donné tenté de changer en quelque sorte sa personnalité. On se dit qu’en étant extraverti-e, on se sentira mieux dans notre peau et qu’on sera mieux accepté. Ces moments où il est difficile d’accepter son introversion, c’est normal. Mais je pense que dans ces moments, les choses qui peuvent aider à aller mieux est d’écrire ce que l’on ressent, se promener, faire du sport ou parler à une autre personne introvertie.

Le second conseil que je peux donner est de prendre du temps pour soi. Il faut prendre le temps de se ressourcer par vos activités favorites. Il faut parfois dire non à ses ami-e-s pour des sorties et c’est nécessaire pour votre bien-être. Souvent, je me sens vite submergée par le fait de sociabiliser, d’aller à des évènements. Je me dis que je dois partager des moments avec mes ami-e-s mais aussi sociabiliser pour faire connaître mon blog. Mais à un moment donné, ton corps se sent fatigué et et il faut l’écouter. C’est à ce moment-là qu’il faut pratiquer des activités qui te ressource le plus, peu importe lesquelles. Ca peut être du Yoga, la peinture, le dessin ainsi de suite.

introvertie qui se retrouve avec soi-même en faisant du yoga
  • Save
Femme voilée qui fait du Yoga
peindre lors de son introversion
  • Save
Femme qui peint

Enfin, deux derniers conseils que je peux donner. Le premier et je pense que cela s’addresse pour les plus jeunes, est de trouver son “modèle”. En voyant une personne connue introvertie, on se sent moins « bizarre », on se sent exister. Personnellement, pour moi cela a été Daria. Je trouvais qu’elle avait beaucoup de confiance en elle, qu’elle assumait totalement son introversion et qu’elle le vivait bien. Le deuxième est de s’en foutre des jugements des autres. Beaucoup ne vont pas comprendre ta personnalité introvertie mais l’introversion est nécessaire pour toi, ton bien être. Donc prends en soin.

Je pense que tous/toutes les introverti-e-s méritent de trouver son bohneur et de savoir comment acceptée son introversion. Et puis si tu es toujours convaincu-e dêtre anormal-e parce que tu es introverti-e, je te propose de regarder cette vidéo.